Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Eau, Nature, Mer et Littoral

Réunion du COPIL des sites Natura 2000 de la baie du Mont Saint-Michel

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 24 novembre 2017
Montage photos DREAL NormandieLa relance de la démarche Natura 2000 dans le Golfe normand-breton a été concrétisée par la réunion du comité de pilotage unique des sites de la baie du Mont Saint-Michel, le 20 novembre 2017, à Pontorson, sous la conduite du sous-préfet d’Avranches et de l’adjoint du préfet maritime pour l’action de l’État en mer, et en présence de Patrick BERG, directeur de la DREAL Normandie.

Un bilan de la mise en œuvre du document d’objectifs a été présenté par le Syndicat Mixte Littoral Normand (SMLN), animateur des sites pour le compte de l’État. Ce bilan a montré que 80 % des opérations du document d’objectifs sont aujourd’hui engagées et que 63 % sont finalisées.

Quelques actions phare ont en particulier été illustrées :

  • le déploiement des mesures agro-environnementales à destination des éleveurs de moutons de pré-salé,
  • la restauration de roselières favorables à certains passereaux, la gestion hydraulique des marais périphériques en vue de favoriser l’accueil des oiseaux d’eau,
  • la mise en œuvre de chartes Natura 2000 pour les activités de survol et de randonnées guidées en baie afin de limiter les interactions avec les espèces sensibles. Sur cette base, le comité de pilotage a noté qu’une adaptation et une simplification du plan d’action opérationnel seront réalisées courant 2018.

Les résultats en matière d’évolution du patrimoine naturel d’intérêt communautaire ont été communiqués vers les parties prenantes :

  • dynamique positive de la population de phoques veaux-marins qui constitue l’une des trois colonies de reproduction françaises de l’espèce,
  • maintien des importantes fonctions d’accueil en hivernage et en halte migratoire des oiseaux d’eau au sein de la baie maritime,
  • évolution favorable des anatidés et autres espèces paludicoles en lien avec la restauration et la gestion hydraulique du marais de Saint-Coulban (Ille-et-Vilaine),
  • efforts de limitation de la progression du chiendent maritime dans les prés salés par les outils liés à la politique de l’eau et le déploiement de mesures agro-environnementales à destination des éleveurs. Ces présentations ont permis de montrer la forte utilité de la collecte, la structuration puis la diffusion des données et études relatives au patrimoine naturel de la baie et de ses évolutions.

Compte tenu de la superposition des périmètres de l’UNESCO, des sites Natura 2000 et de la zone humide inscrite à la convention de Ramsar, le besoin de très forte articulation et de bonne cohérence entre les différentes démarches a été souligné. Le document d’objectifs Natura 2000, qui correspond à une conciliation des usages avec la préservation du patrimoine naturel d’intérêt communautaire, constitue d’ores et déjà le volet majeur de gestion du patrimoine naturel en baie. Il a aussi été acté, dans un souci de rationalisation des organes de gouvernance, que le comité de pilotage Natura 2000, adapté à la gouvernance des sujets environnementaux en baie, constituera l’instance de référence pour le suivi du plan de gestion Ramsar et pour les sujets du plan de gestion UNESCO relatifs au patrimoine naturel.