Haut de page

Logo préfècture région

 Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Risques industriels et naturels

Contenu

Visite Raffinerie Petroplus Petit Couronne

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 24 août 2016
Le 12 juillet, Patrick BERG, DREAL de Normandie, s’est rendu avec Nicolas CLAUSSET chef du service risques de la DREAL et Tiffany WEYNACHTER adjointe au chef de l’unité départementale Rouen-Dieppe, sur le site de l’ancienne raffinerie PETROPLUS à Petit Couronne.
jpg - 817.5 ko
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Les opérations de mise en sécurité et de dépollution sont aujourd’hui très engagées, sous la responsabilité de la société VALGO, qui a racheté, à la liquidatrice judiciaire, le foncier de l’usine et de l’ancien stockage Est.

Le stockage dit du Milthuit, sur la pente qui surplombe l’usine, a, lui, été racheté par la société BOLLORE, qui a bénéficié le 4 février dernier d’un arrêté de transfert de l’autorisation d’exploiter.

Le redéploiement industriel et portuaire de ce site d’exception, de 240 hectares au total, au coeur de l’urbanisation de la rive gauche de l’agglomération rouennaise, a beaucoup mobilisé, sous l’autorité du préfet, la DREAL, et aussi la DIRECCTE, les élus et leurs services et les entreprises intéressées, tout au long de l’année 2013 et 2014, pour redéfinir dans la concertation, un avenir pour le site. Depuis la définition d’un schéma d’ensemble de redéploiement en 2014, la DREAL accompagne et surveille les entreprises qui ont racheté le site, pour caler les opérations de démantèlement et de dépollution, et favoriser le redémarrage d’activités créatrices d’emplois. La mobilisation de la DREAL est à la hauteur des enjeux : l’unité départementale Rouen-Dieppe consacre à ce dossier au moins une journée de travail par semaine, et réalise en moyenne une réunion/inspection tous les 15 jours.

La visite du chantier de démolition et dépollution a été réalisée en présence des représentants de la société VALGO, qui a bénéficié en décembre 2014, sur décision de Ségolène ROYAL, ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer, d’un soutien du ministère, pour mener à bien les travaux de mise en sécurité de la zone dite du stockage Est.

Ces travaux de mise en sécurité du site ont bien avancé. L’avancée est très spectaculaire notamment au niveau du stockage Est, qui constitue la zone de stockage historique d’hydrocarbures de la raffinerie, donc la plus ancienne, avec des bacs datant pour certains d’entre eux de l’entre-deux-guerres, et qui ont été dotés d’une couronne en béton armé pendant la deuxième guerre mondiale contre les bombardements. Sur cette partie du site, les travaux avancent de manière très significative. Ils vont permettre à court terme le développement d’une Zone d’Activités sur les deux communes de Petit Couronne et de Grand Couronne avec l’installation de plusieurs entreprises de la région, tels que transporteurs, entreprises du bâtiment, et prestataire de services.

Cette mise en sécurité du site passe par des opérations d’évacuation de quantités importantes de déchets d’hydrocarbures, le démantèlement d’installations historiques (bacs de stockage, installations de production…) et le développement de techniques de dépollution du sol et de la nappe d’eau souterraine. 14 000 tonnes de résidus d’hydrocarbures ont déjà été évacuées ainsi que 12 700 tonnes de déchets métalliques.

La visite a permis également de mesurer l’avancement des travaux de déconstruction des super-structures de l’usine, et des installations du bord à quai, qui appartient au Grand Port Maritime de Rouen. Le Port a lancé un appel à manifestations d’intérêt pour de nouveaux occupants de ce bord à quai, dont certaines parties sont destinées au transport fluvial, et d’autres parties sont destinées au transport maritime, puisqu’on est à cet endroit, entre Rouen et la mer, sur une portion de la Seine qui est accessible aux navires de haute mer.

Patrick BERG a salué l’avancée significative des travaux de démolition et revitalisation du site engagés par la société VALGO depuis deux ans. La revitalisation du site, idéalement situé entre Le Havre et Paris, verra à terme le développement de Zones d’Activités, la réalisation d’un bio-centre de traitement de terres polluées, appelé à traiter les terres du site et éventuellement d’autres sites, un dépôt modernisé d’hydrocarbures et le développement d’une plate-forme de logistique multimodale, portant sur des matières à haute valeur ajoutée, actuellement portée par un grand groupe intéressé par la localisation du site et la qualité de sa desserte, non seulement maritime et fluviale, mais aussi ferroviaire et routière.

Pied de page

Site mis à jour le 27 avril 2017
Plan du siteMentions légalesSaisir les services de l’ÉtatLien erroné | Authentification | Flux RSS