Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Mobilités et Infrastructures

Le diffuseur des Pépinières

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 28 janvier 2016 (modifié le 9 février 2016)

  Historique et objectifs de l’aménagement

Objectifs et justifications
L’agglomération Caen la Mer a pour objectif de réaliser une nouvelle entrée à l’ouest de l’agglomération caennaise afin d’améliorer la desserte des communes et quartiers de l’ouest de Caen et plus particulièrement :

  • les quartiers de Venoix, du stade d’Ornano et des Pépinières-Beaulieu à Caen,
  • le centre-bourg de Carpiquet,
  • la zone d’activités communautaire de La Grande Plaine,
  • la future zone d’habitat de Bretteville-sur-Odon (La Maslière),
  • l’aéroport communautaire de Caen-Carpiquet,
  • le site de l’ancienne base militaire du 18ème Régiment de Transmission appelé « Quartier Koenig », en cours de reconversion depuis la fermeture du régiment en 2010.

En effet, malgré le maillage par des voies d’intérêt national (A84, RN13) et départemental (RD9, RD220), le secteur ouest de Caen connaît, selon Caen la Mer, des dysfonctionnements :

  • un déficit de liaison directe entre Carpiquet, l’aéroport et Caen,
  • la nécessité d’emprunter les échangeurs de la Porte du Bessin au nord et de la Porte de Bretagne au sud pour desservir ces pôles.

Description du projet

Cette nouvelle entrée à l’ouest de l’agglomération se compose de 3 tronçons fonctionnels :

  • la partie intérieure du boulevard des Pépinières relevant de Caen la Mer : située entre le boulevard Pompidou et l’échangeur sur le boulevard périphérique ouest de Caen,
  • le diffuseur des Pépinières relevant de l’Etat : diffuseur sur le boulevard périphérique ouest de Caen qui doit permettre l’ensemble des mouvements entre le boulevard périphérique, le boulevard intérieur des Pépinières et la RD220 et permettre ainsi des reports de trafics depuis les échangeurs de la Porte de Bretagne et de la Porte du Bessin,
  • le boulevard extérieur dont la maîtrise d’ouvrage n’est pas définie : l’extrémité est se situe sur le diffuseur avec le boulevard périphérique ouest de Caen et l’extrémité ouest sur la RD9.

Le boulevard des Pépinières sera un boulevard urbain à deux voies, avec des carrefours plans de type giratoire et des accès riverains interdit. Il comprendra des voies permettant les circulations douces, notamment dans la partie « intérieure » du boulevard (boulevard périphérique ouest – boulevard Pompidou).

La vitesse sera limitée à 70 km/h.

Les porteurs du projet
La Maîtrise d’ouvrage de l’opération globale du boulevard des Pépinières est assurée par Caen la Mer jusqu’à l’obtention des autorisations nécessaires à sa réalisation. Postérieurement à ces autorisations, l’État assurera la maîtrise d’ouvrage du diffuseur des Pépinières et Caen la Mer assurera la maîtrise d’ouvrage du boulevard intérieur des Pépinières.

Les études
Le projet du boulevard des Pépinières a fait l’objet d’une étude de faisabilité en 2001.
Suite à la délibération de la Communauté d’agglomération du 24 mars 2005 déclarant le boulevard des Pépinières d’intérêt communautaire entre le boulevard Pompidou et le boulevard Périphérique, les études préalables à la déclaration d’utilité publique ont été lancées.
Différentes variantes ont été étudiées. Elles ont porté sur un tracé global, incluant la jonction entre la RD220 et la RD9.
Les principales contraintes techniques qui ont guidé la définition des variantes de tracé ont été les suivantes :

  • les points d’accroche sur les infrastructures existantes : RD220 à l’ouest et carrefour giratoire existant sur le boulevard Pompidou à l’est,
  • les interdistances à respecter entre le diffuseur des Pépinières et l’échangeur de la Porte du Bessin au nord et l’échangeur de la Porte de Bretagne au sud.

Variante 0

Elle consiste à ne pas réaliser le boulevard des Pépinières.

Cette variante suppose donc le maintien des conditions de circulation actuelles, c’est-à-dire :

  • la desserte de Carpiquet et de l’aéroport via l’échangeur de la Porte du Bessin,
  • la desserte du quartier Koenig (ex. 18ème Régiment de Transmission), soit via Carpiquet, soit via Bretteville-sur-Odon,
  • l’accès à la zone d’activités de la Grande Plaine et à son extension, soit via l’échangeur de la Porte du Bessin, soit via l’échangeur de la Porte de Bretagne et le centre de Bretteville-sur-Odon.

Cette variante ne permet pas, à terme, d’améliorer la desserte des quartiers situés de part et d’autre du boulevard périphérique, dont le développement est inscrit au Plan Local d’Urbanisme.

La desserte de l’aéroport, dont le développement est à l’étude, et du quartier Koenig, en voie de reconversion, n’est pas facilitée.

Avec le développement de l’urbanisation dans le secteur étudié, les conditions de circulation au droit des échangeurs et dans les centres de Carpiquet et de Bretteville-sur-Odon risquent de s’aggraver.

Variante 1

Cette variante est celle située le plus au nord. Elle présente un linéaire total de 2 400 mètres en tracé neuf entre le boulevard Pompidou et la RD220 et comprend 5 carrefours giratoires. Ses extrémités sont la RD220 à l’ouest, dont le carrefour est traité en carrefour giratoire, et le boulevard Pompidou à l’est, au droit du carrefour giratoire existant.
Plan de la variante 1
Le tracé rencontre la voie ferrée, franchie avec un passage inférieur biais et longe le Parc Festyland par le sud. Il traverse le périmètre d’extension de la ZAC de la Grande Plaine. Un carrefour giratoire est créé avec la rue du « Chemin aux Boeufs », qui permet de desservir la ZAC.
L’échangeur présente une configuration en demi-trèfle, avec un passage inférieur sous le boulevard périphérique ouest.
Le profil en long se situe essentiellement au niveau du terrain naturel à l’ouest et en déblai à l’est à partir du boulevard périphérique.

Variante 2

Elle est située au sud de la variante 1. Elle présente un linéaire de 2 250 mètres en tracé neuf avec 6 carrefours giratoires. Ses extrémités sont la RD220 à l’ouest et le carrefour du boulevard Pompidou à l’est.
Plan de la variante 2
Le tracé rencontre la voie ferrée au droit du passage inférieur existant, qui doit être repris. La voie communale actuellement reliée au passage inférieur est rétablie sur le boulevard via un carrefour giratoire, ce qui permet un accès aux quartiers nord de Bretteville-sur-Odon.
L’échangeur avec le boulevard périphérique ouest est positionné plus au sud. Cet échangeur présente une configuration identique à celui de la variante 1.

Variante 3

Elle est assez proche de la variante 2, sauf à l’est où elle se développe plus au sud. Sa longueur est de 2 600 mètres en tracé neuf et elle comprend 6 carrefours giratoires. Du carrefour giratoire de la RD220, elle présente un tracé plus sinueux que celui de la variante 2, et traverse la zone agricole plus au sud.
Plan de la variante 3
Comme la variante 2, la variante 3 rencontre la voie ferrée au droit du passage inférieur actuel qui doit être repris. Contrairement à la variante 2, la voie communale actuellement reliée au passage inférieur est coupée.
L’échangeur avec le boulevard périphérique est décalé au sud ; il est complet, en losange, et comporte un passage inférieur.
A l’est du boulevard périphérique, le tracé se décale plus au sud pour s’approcher du futur quartier d’habitations de Bretteville-sur-Odon, qu’il dessert directement. L’extrémité est du tracé est identique à celle de la variante 2.
Le profil en long de cette variante suit le terrain à l’ouest du boulevard périphérique et au droit du futur quartier de Bretteville-sur-Odon. Le franchissement des principales infrastructures en passage inférieur occasionnent des déblais à leur approche.

Variante 4

Elle est la variante située le plus au sud. Sa longueur est de 2 750 mètres entre le carrefour sur la RD220 et le carrefour sur le boulevard Georges Pompidou, dont 600 mètres de réutilisation de la RD220. Elle comporte 5 carrefours giratoires.
Contrairement aux 3 variantes précédentes, la variante 4 réutilise la RD220 entre la limite communale Carpiquet / Bretteville-sur-Odon et le boulevard périphérique.
Plan de la variante 4
L’échangeur avec ce dernier est réalisé au droit du passage supérieur, rétablissant actuellement la RD220. Cet ouvrage est conservé et éventuellement élargi. Depuis cet échangeur, le tracé remonte vers le nord-est afin de s’éloigner de la future zone d’habitation de Bretteville-sur-Odon. Un carrefour giratoire est réalisé sur un chemin rural pour desservir cette zone, comme la variante 3.
La voie ferrée est interceptée à l’ouest du passage inférieur actuel et nécessite la réalisation d’un passage inférieur.
Un carrefour giratoire est réalisé aux abords du passage inférieur pour rétablir la rue du Chemin aux Boeufs et desservir la zone d’activités de la Grande Plaine.
La partie est du tracé est commune à la variante 1.
Comme les autres variantes, la variante 4 présente un profil proche du terrain naturel à l’ouest, sauf aux abords de la voie ferrée.

Comparaison des variantes

Les variantes de tracé et l’analyse comparative de leurs effets ont été présentées localement entre 2008 et 2010. Les études ont été poursuivies sur la base de la variante 4, suite à une délibération de la Communauté d’agglomération de Caen la Mer du 5 juillet 2012.
Des adaptations de la variante 4 ont été étudiées (variante 4 bis).
Elles ont principalement porté sur la configuration de l’échangeur avec le boulevard périphérique ouest, en vue :

  • d’une conception qui réponde aux normes en vigueur pour ce type de voie,
  • de s’assurer que la réalisation de l’échangeur ne pose pas de problèmes de sécurité sur le boulevard périphérique ouest et soit compatible avec les échangeurs de la Porte de Bretagne et de la Porte du Bessin, dans leur configuration actuelle.
    Suite à un contrôle de la géométrie du projet par l’État, sous pilotage de la DREAL, la variante 4 a finalement été choisie pour être présentée en enquête publique.
    Dans cette variante, la position de la bretelle du boulevard périphérique ouest intérieur vers le boulevard des Pépinières nécessite de réaliser une voie auxiliaire d’entrecroisement avec l’échangeur de la Porte Bretagne. Cette configuration s’adapte mieux à une évolution future de cet échangeur.

Le dossier qui sera mis à l’enquête publique en 2016 a été élaboré sur ces bases.
Le dossier d’enquête publique.

  Concertation

Par délibération du bureau communautaire du 29 novembre 2012, la Communauté d’agglomération de Caen la Mer a décidé la mise en œuvre d’une phase de concertation publique, en application des articles L.300-2 et R.300-1 du Code de l’Urbanisme.

Deux réunions publiques ont ainsi été organisées le mardi 26 mars 2013 en mairie de Bretteville-sur-Odon et le mercredi 27 mars 2013 à Caen dans l’ancienne mairie du quartier Venoix.

Un registre et des panneaux d’expositions relatifs au projet ont été mis en place du 4 mars 2013 au 4 avril 2013 dans les mairies de Bretteville-sur-Odon, Carpiquet, Caen et au siège de la Communauté d’agglomération de Caen la Mer.

Une cinquantaine de personnes ont participé aux réunions. Les questions adressées aux techniciens et élus présents portaient principalement sur :

  • la réalisation du projet,
  • l’avancement de la reconversion du quartier Koenig,
  • la qualité de vie et la sécurité des zones urbanisées,
  • les déplacements piétons et les transports en communs.

Seule une observation a été reportée sur le registre mis en place à Bretteville-sur-Odon.

D’une façon générale, le projet semble faire l’objet d’un consensus entre les habitants et les élus locaux. Les questions n’ont pas porté sur l’opportunité du projet mais sur des aspects de fonctionnement ou de vie quotidienne.

Par délibération du bureau communautaire de Caen la Mer du 11 avril 2013, le bilan de la concertation relatif au projet global d’échangeur et de Boulevard des Pépinières a été approuvé.

  Financement – Attribution de marchés

Le projet du diffuseur des Pépinières est inscrit au contrat de plan Etat-région 2015-2020 pour un montant de 10 M€ cofinancé ainsi :
- Etat : 5 M€
- Département du Calvados : 2,5 M€
- Caen la Mer : 2,5 M€