Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Risques industriels et naturels

La reconversion du site Pétroplus se poursuit

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 5 décembre 2017
Cliquez sur l'image - Photo raffinerie PC source VALGO en grand format (nouvelle fenêtre)
Cliquez sur l’image - Photo raffinerie PC source VALGO

La société Shell a cédé en 2008 à la société PETROPLUS une raffinerie située à Petit-Couronne. Les difficultés financières rencontrées par la société PETROPUS l’ont conduit, après l’échec d’une tentative de revente, à arrêter définitivement l’activité de la raffinerie en 2013, laissant une friche de 220 hectares en plein cœur de l’agglomération rouennaise.

Afin de gérer la remise en état et la valorisation du site, la société VALGO a été choisie pour assurer le démantèlement et la dépollution de la raffinerie. VALGO est également repreneur du foncier de l’usine. 11 entreprises totalisant 280 emplois sont actuellement hébergées sur le site de l’ancienne raffinerie, dans les locaux de bureaux laissés par PETROPLUS.
Le démantèlement du site est réalisé en parallèle, et une première zone d’activité vient d’être implantée sur 10 hectares. Les premières entreprises sont déjà présentes, et l’ensemble des terrains attribués, pour un total d’une centaine d’emplois à terme. L’ancien parc de stockages d’hydrocarbures de la raffinerie a été repris par la société DRPC (Bolloré/Total), et a reçu récemment les premières gouttes d’hydrocarbures après un chantier titanesque de remise en état et de modernisation aux standards actuels avec 350 employés sur le site au plus fort de la phase chantier.
Le démantèlement de l’ancienne raffinerie se poursuit. La mise en sécurité par enlèvement des hydrocarbures résiduels se poursuit. Plusieurs dizaines de milliers de tonnes de ferraille ont déjà été évacués. Les premières opérations de dépollution, sous les installations, ont commencé, par écrémage des hydrocarbures flottant sur la nappe phréatique.

Le ministère de la transition écologique et solidaire soutient cette reconversion au travers d’une aide ADEME visant à parachever la mise en sécurité du site (enlèvement des hydrocarbures laissés dans les différents équipements), avant de pouvoir procéder aux opérations de démantèlement.