Haut de page

Logo préfècture région

 Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Eau, Nature, Mer et Littoral

Contenu

 

Habitats marins

 
 
 

CARTHAM

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 28 janvier 2016

A la demande du Ministère en charge de l’Écologie, le programme CARTHAM vise à cartographier les habitats marins patrimoniaux de France métropolitaine.

La Normandie est concernée par deux lots de ce programme national qui couvre les périmètres de missions d’étude de parcs marins et les sites Natura 2000 en mer : la baie de Seine (lot 2) et le Golfe normand breton (lot 3).

Pour en savoir plus : http://www.aires-marines.fr/…

La laisse de mer et les macro-déchets

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 28 janvier 2016

La laisse de mer constitue un habitat naturel sensible à la base de la construction des dunes jouant un rôle majeur dans la défense contre la mer.

Composée d’algues, de cadavres d’animaux, de bois en décomposition, la laisse de mer permet un enrichissement du substrat en matière organique à l’origine du développement de végétaux en haut de plage. Ces végétaux, par leur système racinaire, fixent le sable qui s’accumule pour former la dune embryonnaire.

Les laisses de mer constituent par ailleurs un milieu riche pouvant renfermer jusqu’à 400000 invertébrés par 100 mètres de linéaire de plage (crustacés, arachnides, coléoptères) constituant une ressource alimentaire pour de nombreux limicoles.

L’accumulation de déchets en hauts de plages ou sur les prés salés engendre des impacts directs et indirects.

Les impacts directs sur l’environnement sont nombreux. Les déchets en grand nombre empêchent le développement de la végétation de haut de plage et bloquent ainsi le phénomène de sédimentation. Les plus gros dégâts sont effectués sur la faune pour qui les déchets représentent d’importants dangers : piégeages (filets), intoxications (plastiques) et blessures (ferrailles). Lorsque les déchets sont flottants, les mammifères marins (dauphin, marsouin) sont particulièrement impactés.

Les impacts indirects sont liés aux méthodes de récolte des déchets. Les traitements mécaniques de la laisse de mer sont les plus destructeurs pour les habitats, les espèces et la sédimentation participant au maintien du trait de côte. Le ramassage manuel, bien que moins impactant pour les écosystèmes de haut de plage, peut s’avérer néfaste dans certaines conditions. Ainsi, une récolte trop fréquente ou/et lors des périodes sensibles (nidification des Gravelots) peut être plus préjudiciable à l’environnement que les déchets en eux-mêmes.

Afin d’éviter ces impacts, différentes actions permettent d’évoluer vers une gestion raisonnée des hauts de plage :

  • la prévention auprès des pêcheurs et plaisanciers, des conchyliculteurs mais aussi du grand public en général (la majorité de déchets sont apportés par les cours d’eau) ;
  • le développement d’une collecte raisonnée des macro-déchets par le biais de bonnes pratiques : évitement de la période de nidification des gravelots et de développement des végétaux du 1er avril au 31 juillet, collectes manuelles préventives en bas de plage pendant le printemps et l’été, circulation motorisée sous les laisses de haute-mer notamment.
  • la mise en place d’un réseau de collecte dense et sensibilisé à la prise en compte de l’environnement du haut de plage.

Des subventions de l’Agence de l’eau ou de la DREAL via l’outil contrat Natura 2000 en site Natura 2000 sont possibles. L’utilisation d’engins motorisés sur le DPM pour le ramassage des déchets nécessite une dérogation à l’interdiction de circulation sur le DPM délivrée par les sous-préfectures.

 
 
 

Pied de page

Site mis à jour le 22 juin 2017
Plan du siteMentions légalesSaisir les services de l’ÉtatLien erroné | Authentification | Flux RSS