Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Eau, Nature, Mer et Littoral

Gestion du trait de côte : cartographie en 3D du littoral des régions Normandie et Hauts-de-France

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 15 novembre 2017 (modifié le 16 novembre 2017)
Cliquez sur l'image : Programmation des acquisitions de données Source : ROLNP 2017 en grand format (nouvelle fenêtre)
Cliquez sur l’image : Programmation des acquisitions de données Source : ROLNP 2017

Neuf partenaires ont signé une convention relative au suivi de la dynamique du littoral sur la façade Manche Est – mer du Nord. La première étape consiste à constituer une cartographie fine en 3 dimensions du trait de côte. La réalisation est coordonnée par le Réseau d’Observation du Littoral Normand et Picard (ROLNP) et les levés réalisés par le Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (SHOM). L’État contribue financièrement via la mobilisation du Fonds de Prévention des Risques Naturels Majeurs (Fonds « Barnier ») pour 1,5 M€ et de fonds de concours de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport de France (AFITF) pour 0,6 M€. Les DREAL Normandie et Hauts-de-France participent au projet.

Face aux risques littoraux (érosion et submersion marine) de plus en plus prégnants, les autorités locales ont besoin de données scientifiques fiables permettant de prendre en toute connaissance de cause les décisions qui leur incombent.

Il n’existe aujourd’hui pas de données homogènes permettant une vision précise du continuum terre-mer sur le littoral allant de la Baie du Mont-Saint-Michel à la frontière belge. Sans cette vision intégrée, les transferts sédimentaires, la force des courants ou la présence d’écosystèmes et d’espèces clés ne sont pas pleinement pris en compte.

L’objectif est donc de fournir à l’ensemble des parties prenantes du littoral (collectivités territoriales, services de l’État, acteurs socio-économiques, chercheurs, bureaux d’études…) les données de base nécessaires au suivi de la dynamique du trait de côte.

Des levés topo-bathymétriques aériens sont réalisés en utilisant la technique Lidar. Les vols ont débuté à la fin de l’été 2016. L’ensemble des données devrait être disponible à l’été 2018 ; elles seront libres d’accès afin de promouvoir leur utilisation.

Ces données, acquises en réalisant des économies d’échelles substantielles, permettront d’étayer les choix de gestion ou d’aménagement et de hiérarchiser l’action publique. Elles pourront être mobilisées pour des usages multiples  :

  • compréhension du système hydrosédimentaire dans son ensemble ;
  • réflexions dans les domaines de la dynamique côtière, des risques, du suivi de la qualité des masses d’eau, du suivi des habitats naturels, de l’aménagement du territoire, de l’envasement/ensablement, des politiques de dragages des ports, etc ;
  • constitution de séries temporelles, à l’image des données météorologiques, permettant d’alimenter des modèles et à terme de faire des prévisions et d’anticiper.

Ce projet est mené en partenariat entre le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire, les Régions Normandie et Hauts-de-France, les Agences de l’eau Seine Normandie et Artois Picardie et le Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale. Il bénéficie également du soutien financier de l’Europe (FEDER).

Pour plus d’informations et accéder aux données, consulter le site du Réseau d’observation du littoral Normand et Picard (ROLNP).