Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Climat, Air, Transition Énergétique

Etude sur l’adaptation des bâtiments et des aménagements aux changements climatiques en Seine-Maritime et dans l’Eure

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 26 février 2016 (modifié le 19 février 2019)
« Le réchauffement du système climatique est sans équivoque » (source : 5ème rapport du GIEC))

Illustration étude- Quelles incidences sur nos bâtiments ?

Le changement climatique a une forte incidence sur le confort d’été des bâtiments (habitation et tertiaire) ainsi que sur l’augmentation des fréquences de canicules et l’amplification de l’effet « îlot de chaleur ».

- Comment anticiper et s’adapter à ces effets ?

Cette étude vous est présentée sous la forme de panneaux : 2 généraux sur les effets du changement climatique en Haute-Normandie suivis des 5 premières études de cas mettant en avant les qualités de bâtiments permettant de faire face aux effets du changement climatique.


Panneaux généraux :
1 - Le changement climatique et ses effets en Haute-Normandie (format pdf - 2.3 Mo - 26/02/2016) Les températures, les précipitations, le niveau de la mer.
2 - Le bioclimatisme comme réponse au changement de climat (format pdf - 1.4 Mo - 26/02/2016)




Panneaux d’études de bâtiments : Quelques exemples en Normandie
3 - L’habitat vernaculaire normand (format pdf - 1.8 Mo - 26/02/2016) Orientation/organisation, matériaux, végétation  : une adaptation aux conditions climatiques et aux ressources locales. Des principes constructifs à revisiter et décliner dans la perspective d’une meilleure adaptation des bâtiments neufs et existants au changement climatique, en s’appuyant sur les nouvelles techniques (éco-matériaux, énergies renouvelables…).
4 - Le siège du Conseil en Architecture Urbanisme et Environnement de Seine-Maritime - CAUE 76 (format pdf - 2.3 Mo - 26/02/2016) Gestion des eaux pluviales grâce aux spécificités du terrain et en assurant un ralentissement de l’écoulement. Apports solaires optimisés avec des principes simples et passifs de conception tels que de grandes surfaces vitrées et un débord de toit.
5 - Logements sociaux à Fauville-en-Caux (format pdf - 2.6 Mo - 26/02/2016) Confort thermique assuré en été comme en hiver grâce à un agencement intelligent des logements et à la maîtrise des apports solaires avec des balcons entièrement vitrés et orientés plein sud, faisant office de serres bioclimatiques.
6 - Pépinière - hôtel d’entreprises SEINE ECOPOLIS (format pdf - 2.3 Mo - 26/02/2016) Confort thermique assuré l’hiver grâce à une conception performante et des apports solaires optimisés. Conservation d’une température raisonnable l’été avec une bonne inertie du bâtiment et une ventilation naturelle nocturne.
7 - ZAC Luciline - Rives de Seine (format pdf - 2.4 Mo - 26/02/2016) Gestion des eaux pluviales grâce à une infiltration en pleine terre et une récupération dans des noues, du risque inondation avec une chambre de crue sous chaussée et d’une élévation du sol du quartier. Lutte contre les îlots de chaleur avec un rafraîchissement des constructions l’été grâce à la géothermie et à une place importante dédiée à la nature.
8 - création d’un écoquartier au Val de reuil (format pdf - 10.6 Mo - 29/12/2016) Le quartier des Noés, au bord de l’Eure, est engagé dans la démarche de labellisation ÉcoQuartier depuis 2014. Il accueillera à terme une centaine de logements, quelques équipements et un parc écologique, rassemblant zones horticole, maraîchère et jardins familiaux. Il fait partie d’un projet plus vaste de développement urbain vers l’est de la ville, afin d’intégrer la gare SNCF, actuellement isolée, au tissu urbain.
9- Quartier du Val d’Arquet (Neuville Lès Dieppe) (format pdf - 7.8 Mo - 29/12/2016) Souhaité par la Ville de Dieppe et Sodineuf, le quartier du Val d’Arquet a été construit en continuité du tissu urbain existant permettant ainsi l’accroissement de l’offre de logements tout en limitant l’étalement urbain. Ce quartier est complémentaire au périmètre ANRU  : il a permis le relogement de certains habitants des bâtiments démolis. L’accent a été porté sur le traitement naturel des eaux de pluies et sur l’implantation du parcellaire, permettant à ce quartier d’appréhender les changements de pluviométrie et d’assurer un bon confort dans les logements.