Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Mobilités et Infrastructures

Accueil de la filière des énergies marines renouvelables (EMR) en mer au port de Cherbourg

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 19 janvier 2016 (modifié le 20 janvier 2016)

Cherbourg est stratégiquement situé à proximité de sites de développements éoliens offshore (Courseulles-sur-mer, Fécamp, Sud de l’Angleterre) et hydroliens (Raz Blanchard, îles anglo-normandes). De plus, il est accessible 24h sur 24, ce qui en fait une base de départ idéale pour l’entretien des sites de production d’énergie.
Tous ces éléments font que le port de Cherbourg a été retenu par de grands groupes industriels comme Éolien Maritime Français, Alstom, DCNS, pour y installer des unités de production en lien avec les EMR. Les engagements de ces groupes font l’objet d’une contractualisation avec Ports Normands Associés (PNA), syndicat mixte propriétaire des ports de Caen – Ouistreham et Cherbourg.

La globalité des besoins fonciers des industriels de la filière s’élève à environ 100 ha. De plus le linéaire d’accostage doit être augmenté. Pour répondre à ces besoins, PNA mène un projet d’aménagement et d’adaptation du port qui conjugue l’extension des terre-pleins portuaires, l’augmentation du linéaire d’accostage et l’amélioration des accès nautiques.

Les potentialités en termes d’emplois seraient d’environ 200 emplois directs, indirects et induits pendant les travaux et entre 700 et 1000 emplois directs en phase de fonctionnement, essentiellement dans l’industrie.

Inscrits au CPIER Vallée de la Seine, les travaux consistent essentiellement en :
Le dévoiement et la préparation des différents réseaux routiers et ferroviaires et de desserte en fluides et en énergie,
Les déroctages et dragages pour l’amélioration des accès nautiques et pour la production des matériaux nécessaires à la construction de l’extension des terre-pleins portuaires. Le volume concerné est de l’ordre de 4 millions de m3. Les travaux de construction des terre-pleins sur une surface de 39 ha.

L’achèvement des travaux est prévu pour le début de l’année 2017.