Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Risques industriels et naturels
 

Risques naturels

La connaissance des risques naturels repose avant tout sur la connaissance des aléas. Autrement dit, il s’agit en premier lieu de déterminer les événements susceptibles de se produire sur le territoire, provoqués par des phénomènes naturels liés à l’eau, au vent, au soleil ou à la terre. Afin de qualifier ces événements, on cherche à déterminer leur probabilité d’occurrence, leur intensité et leur localisation.

On peut toutefois rarement accéder à toutes ces informations. Les progrès de la science permettent d’avancer mais des risques dont les facteurs déclenchant sont multiples, comme les mouvements de terrain, resteront toujours plus difficiles à appréhender qu’un risque presque uniquement lié à la pluie comme les inondations par débordement de cours d’eau.

La Normandie est concernée par plusieurs risques naturels, à des degrés variables. Le risque le mieux connu sur le territoire est le risque d’inondation. On connaît également de façon plus localisée, le risque de mouvement de terrain et le risque sismique. Ces 3 risques figurent parmi les risques majeurs du fait des conséquences graves qu’ils peuvent avoir sur les vies humaines et sur l’ampleur des dommages économiques.

Lien vers Carmen

 
 
La DREAL Normandie organise chaque année un rassemblement des services techniques des partenaires du risque littoral en Normandie, GERL pour Groupe d’Études des Risques Littoraux. Le 20 novembre, 50 participants et participantes se sont déplacés pour cette 7ᵉ édition, confirmant la pertinence et le succès de cette instance.
 
Une centaine d’élus communaux participait le 15 novembre 2018 à la deuxième édition du forum littoral de Normandie, organisé par l’État, la région Normandie et le Conservatoire du littoral. Risques littoraux et changement climatique étaient au cœur des débats.
 
Retour d’expériences des événements du 31/12/2017 au 23/02/2018 sur le tronçon Seine aval et des évènements des 4 et 5 juin sur les tronçons Iton amont et aval, puis du 12 juin 2018 sur les tronçons Eure amont et Eure moyenne et aval, Avre, Risle amont et aval, Charentonne Guiel, Orne amont, et Dives.
 
L’École Supérieure d’Ingénieurs des Travaux (ESITC) à Caen s’est dotée d’un canal à houle qui permettra de reconstituer des conditions climatiques extrêmes afin de mieux anticiper et prévenir les impacts sur les différents ouvrages maritimes, ainsi que les infrastructures côtières et portuaires dans le cadre notamment du changement climatique.