Haut de page

Logo préfècture région

 Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Eau, Nature, Mer et Littoral

Contenu

Le Banc des oiseaux dans l’estuaire de l’Orne

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 26 juillet 2016 (modifié le 28 octobre 2016)
Une zone de quiétude sur le Banc des oiseaux dans l’estuaire de l’Orne.
jpg - 504.3 ko
Cliquez sur l’image : Banc des oiseaux dans l’estuaire de l’Orne Source : Patrick Henry-Atelier volant

Une réserve de chasse maritime a été créée le 6 mars 1989 dans l’estuaire de l’Orne par arrêté ministériel. Elle couvre une superficie de 124 ha.

La réglementation sur les réserves de chasse et de faune sauvage permet désormais de prendre des mesures spécifiques pour la conservation du gibier et de la faune sauvage sur tout ou partie de la réserve de chasse.

C’est cette disposition qui a été mobilisée par arrêté préfectoral du 16 novembre 2015 pour créer une zone de protection renforcée (ZPR) de 12 ha sur le banc des oiseaux.
Ce banc constitue une zone majeure pour l’alimentation et le repos des limicoles, des sternes, des mouettes et des goélands en période de reproduction, de migration et d’hivernage et accueille notamment 2 % de la population nicheuse française de gravelot à collier interrompu.

Cette protection complémentaire constitue une mesure d’accompagnement du projet d’aménagement de l’avant-port de Caen-Ouistreham porté par Ports Normands Associés. Un travail collaboratif entre les services de l’État et établissements publics (DREAL de Normandie, DDTM du Calvados, DRJSCS, ONCFS, Conservatoire du littoral), des collectivités locales (Conseil général du Calvados, communes), des associations d’usagers (kite-surfer, écoles de voile, club nautique, chasseurs) et naturalistes (Groupe Ornithologique Normand) a permis l’élaboration et la mise en œuvre de cette action.
C’est un exemple de réussite de mise en place de mesures fortes en faveur de la biodiversité issues d’un bon accompagnement de projet et d’un consensus local sur un espace très fortement fréquenté.

Le projet d’aménagement de l’avant-port de Caen-Ouistreham a donné lieu à une mesure compensatoire visant à recréer 4,5 ha de vasières et prés salés au sein de l’estuaire sur d’anciennes zones de dépôts de sédiments de dragage.

Le projet prévoit aussi d’interdire la circulation à pied et de tout type de véhicules, l’accostage et le survol d’engins d’aéromodélisme, de drones, de cerfs-volants sur cette flèche sableuse qui bénéficie d’un balisage approprié.

Pied de page

Site mis à jour le 23 mars 2017
Plan du siteMentions légalesSaisir les services de l’ÉtatLien erroné | Authentification | Flux RSS