Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Grands dossiers

La baie du Mont saint-Michel

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 9 février 2018 (modifié le 6 mars 2018)
Cliquez sur l'image : La baie du Mont Saint-Michel (Crédit photo : Mathias Neveling) en grand format (nouvelle fenêtre)
Cliquez sur l’image : La baie du Mont Saint-Michel (Crédit photo : Mathias Neveling)

La Conférence de la Baie du Mont-Saint-Michel a été installée le 22 décembre 2016 sous la co-présidence de la préfète de la région Normandie, préfète coordonnatrice du bien « Le Mont-Saint-Michel et sa baie » inscrit au patrimoine mondial, et des vice-présidentes des régions Normandie et Bretagne. En réunissant les partenaires socio-professionnels et la société civile autour de l’État et des collectivités, la Conférence offre un cadre de réflexion partenariale sur un territoire compris entre Granville en Normandie et Cancale/Saint-Malo en Bretagne.

Un an après son installation, les partenaires se sont retrouvés le 4 décembre 2017. Fabienne BUCCIO, préfète de la région Normandie a présidé la Conférence avec Hervé MORIN, président de la région Normandie et Anne GALLO, vice-présidente de la région Bretagne.

Le travail réalisé et les synergies créées autour de démarches structurantes pour la baie du Mont-Saint-Michel ont été présentés.

Ainsi, Patrick BERG, directeur régional de l’environnement, de l’aménagement et du logement de Normandie a résumé le bilan de la mise en œuvre du document d’objectifs Natura 2000 en baie du Mont Saint-Michel  : 80 % des opérations du document d’objectifs sont aujourd’hui engagées et 63 % sont finalisées.
Les résultats en matière d’évolution du patrimoine naturel d’intérêt communautaire ont été communiqués à l’assistance  : dynamique positive de la population de phoques veaux-marins qui constitue la troisième colonie de reproduction française de l’espèce, maintien des importantes fonctions d’accueil en hivernage et en halte migratoire des oiseaux d’eau au sein de la baie maritime, évolution favorable des anatidés et autres espèces paludicoles en lien avec la restauration et la gestion hydraulique du marais de Saint-Coulban (Ille-et-Vilaine), efforts de limitation de la progression du chiendent maritime dans les prés salés par le déploiement de mesures agro-environnementales à destination des éleveurs, en complément des outils liés à la politique de l’eau.

Les perspectives de travail pour 2018 ont été tracées  : les services de la DREAL s’attacheront à relancer les travaux des groupes thématiques avec les nombreux partenaires du territoire de la baie du Mont-Saint-Michel, définir des besoins et recenser des opportunités en connaissances nouvelles, organiser et structurer les données et les études pour les diffuser et les partager largement.

A également été exposé, devant la Conférence, le travail de concertation réalisé par l’État pour délimiter une nouvelle zone dite « zone tampon » sur laquelle s’appliqueront, à terme, les orientations du plan de gestion UNESCO. Le 19 janvier 2018, la préfète de région a pris un arrêté délimitant le nouveau périmètre.

Les réflexions menées dans le cadre du plan de paysage engagé par l’Inter-SCoT Baie du Mont-Saint-Michel, et suivies par les DREAL Bretagne et Normandie, constitueront une contribution majeure à ce plan de gestion.